La Trilogie
AUBISQUE - TOURMALET - PEYRESOURDE

le col des légendes

Secteur : Les Pyrénées
map

Difficulté : Niveau 2
niveau 2

Vous êtes des cyclistes passionnés et vous rêvez de vous mesurer aux cols mythiques des Pyrénées, théâtre de tant d’exploits du Tour de France.

7 jours | 5 cols | 450km | +7.000m

1680€

RÉSERVER

Vous êtes des cyclistes passionnés et vous rêvez de vous mesurer aux cols mythiques des Pyrénées, théâtre de tant d’exploits du Tour de France.

Mais la haute montagne vous impressionne et votre expérience des longues ascensions en altitude est encore limitée.

COL CYCLING ADDICTION vous propose de faire le pas et d’oser, avec notre aide, affronter ces icônes du cyclisme.

Aubisque-Tourmalet- Peyresourde, les « 3 Grands » sont au programme. Ils sont incontournables ! Mais rassurez vous, nous n’allons pas courir. Quelque soit votre niveau de grimpeur, chacun pourra prendre son rythme et profiter à loisir des paysages de la montagne Pyrénéenne. Nos étapes feront autour de 80 km et n’excéderont pas les 1500 à 1800 m de dénivelé. Chaque ascension d’un « Géant » sera suivie par une journée plus courte de récupération afin de rester dans les meilleures conditions pour  l’Icône du lendemain.  N’hésitez plus et venez avec nous à la découverte des Pyrénées et de ses cols de légende !

Le Programme
Descriptif étape par étape

  • Jour 1 : Arrivée à Pau (transfert compris depuis les aéroports ou les gares de Pau ou de Tarbes/Lourdes). - +

    Pour le transfert depuis les aéroports de Biarritz et Toulouse nous consulter (pour ces aéroports le transfert se fait dans une plage horaire comprise entre 11h00 et 15h00). Installation au gite pour le séjour.

    Préparation des vélos et petite sortie dans la vallée d’Ossau pour se dérouiller les jambes

  • Jour 2 : Laruns, Louvie Juzon, Bielle-Laruns, Col du Pourtalet, Laruns : 85 km | + 1400 m - +

    Parcouru une seule fois par le Tour de France en 1991 dans une étape reliant Jaca, en Espagne, à Val Louron, le col du Pourtalet est injustement méconnu. Pourtant la haute vallée d’Ossau qui  conduit au col à 1794 m est une des plus belles des Pyrénées. A l’approche du col, la vue sur le Pic du Midi d’Ossau, le géant de pierre volcanique est saisissante. Avec ses deux pointes et sa silhouette tellement caractéristique, admirable jusqu’à la ville de Pau,  l’Ossau est un véritable emblème pour tout le Béarn.

    Un peu surcoté en 1ère catégorie, l’ascension du Pourtalet ne doit pas vous effrayer. Certes, la route est longue, 28,5 km au départ de Laruns, mais la montée est régulière, la pente moyenne est de 4.5%. C’est un parcours idéal pour tester son endurance en montagne, trouver la bonne cadence sur une longue distance. Quelques sections plus raides avant et après le village de Gabas où l’on approche les 9% nous obligent à une bonne gestion de l’effort, terrain parfait pour apprendre ou améliorer  sa technique d’ascension. Les deux kilomètres de plat  au lac de Fabrèges  permettront de tourner les jambes pour récupérer avant la partie finale, encore 9 kilomètres pour le sommet, l’Ossau en point de mire ! Au col, les ventas espagnoles  et leurs bars à tapas tipicos nous offrirons de quoi fêter joyeusement la première ascension de la semaine. Le revêtement parfait du Pourtalet nous offre une descente facile et rapide, un  régal jusqu’à Laruns. Excellente mise en jambe pour les jours à venir !

  • Jour 3 : Louvie Juzon, Laruns, Col d’Aubisque, Soulor, Arthez d’Asson : 70 kms | + 1200 m - +

    Trilogie : acte 1 ! L’Aubisque est une véritable légende. C’est le deuxième col le plus gravi dans l’histoire du Tour de France avec 73 ascensions depuis le premier parcours en 1910 où la route du col n’était encore qu’un chemin de terre malcommode que les concurrents parcouraient  en portant leur vélo. Le français François Lafourcade fut le premier coureur dans l’histoire du Tour à franchir l’Aubisque en tête, dans cette impensable étape longue de 326 kilomètres et de 6000 mètres de dénivelé entre Luchon et Bayonne. La première étape de haute montagne imaginée par les organisateurs du Tour imposait aux coureurs, le franchissement du Peyresourde, de l’Aspin, du Tourmalet et de l’Aubisque.  C’est à peine croyable ! A Bayonne, le vainqueur, Octave Lapize, cria aux organisateurs « assassins, vous êtes des assassins ! » La Légende du Tour était née !

    Le col d’Aubisque est un « must » à gravir pour quiconque se dit cycliste. Porte d’entrée dans l’univers des cols de la haute montagne, c’est une ascension initiatique dans l’exceptionnel terrain de jeu qu’offrent les Pyrénées.  Depuis Laruns à 520m, l’ascension débute en douceur jusqu’à la station thermale des Eaux Bonnes, 4 kms à 5% sur un revêtement parfait. Dès la sortie des Eaux Bonnes, la pente s’accentue brutalement avec un court maximum à 13% où la route change de rive.  La suite est une longue pente ondulant  entre 8 et 9%, section éprouvante qu’il faudra bien gérer car après Gourette, il reste encore 4,5 kms à gravir. Jusqu’à l’hôtel des Crêtes Blanches  la pente côtoie souvent les 2 chiffres. Apothéose ou supplice, les lacets du dernier kilomètre inscrivent le chemin parfait vers le sommet dans un décor de toute beauté.

    Selon l’envie et les jambes, on pourra poursuivre par la spectaculaire route en balcon du cirque du Litor, rejoindre le col du Soulor pour descendre enfin par la très sauvage vallée de Ferrières. Une journée de montagne d’exception !

  • Jour 4 : Laruns, Col de Marie Blanque, bois du Baget, Escot, Laruns : 65km | +1000m - +

    La journée d’hier a peut-être laissé des traces. Il est temps après cette  splendide entrée en matière de prendre un peu de repos, il faut garder des forces pour la suite du programme !

    Aujourd’hui nous attend le col de Marie Blanque, magnifique belvédère sur toute la vallée d’Ossau et bien propice à une journée de récupération active.

    Mais si vous le préférez  vous pourrez profiter d’un peu de repos au gite. L’après midi sera dédiée à une séance  bien être à la station thermale des Eaux Bonnes.

    Gravi déjà à 13 reprises par le Tour de France depuis son introduction en 1978, le Marie Blanque, 1035 m d’altitude, constitue souvent un point de passage avant d’enchainer sur l’Aubisque ou même vers le sommet du Tourmalet, comme lors du Tour 2010.

    Selon l’envie et les jambes, nous pourrons grimper le col soit par la vallée d’Ossau, soit par la vallée d’Aspe…

    Depuis Bielle, 440 m, c’est une ascension en deux temps, relativement facile, de 2ème catégorie, 5.1% de moyenne. Une première montée de 5.5 kms jusqu’au col du Porteigt avec un départ soutenu à 9/9.5%, nous porte sur le plateau du Bénou, à 900 m d’altitude. Extraordinaire replat façonné par les anciens glaciers d’Ossau de l’ère quaternaire. La récupération sur le Plateau sera bienvenue avant la deuxième partie de l’ascension, encore 6 kms, ou un court passage « à 2 chiffres » sera un bon test pour savoir où en sont les jambes. Le retour par le bois du Baget est un parcours vallonné  idéal pour rentrer tranquillement à notre base, avant d’aller se relaxer aux Thermes des Eaux Bonnes.

    Le circuit, effectué dans l’autre sens, n’est pas la même histoire ! Par Escot, la montée du Marie Blanque devient un col redoutable de 1ère catégorie, seulement 9.7 kms et 7.7% de moyenne pour un dénivelé de 715 m,  mais un final terrible sur les 4 derniers kilomètres : 11% de moyenne et des sections dépassant les 15, même 18%, pas un moment de répit avant la descente sur Bielle ! Pas étonnant avec un pourcentage pareil de comprendre pourquoi Bernard Thévenet, double vainqueur du Tour de France en 1975 et 1977, mit le pied à terre devant un tel mur lors de l’étape du Tour 1978 de Biarritz à Pau ! Avant le « Géant » qui nous attend demain, il est sans doute plus sage de garder ce versant pour une autre fois et de profiter des Thermes !

  • Jour 5 : Lourdes, Argelès, Luz St Sauveur, col du Tourmalet, Campan, Bagnères de Bigorre : 78 kms | + 1700 m - +

    Crédit photo : www.cyclingcols.com

    Acte 2 : Tourmalet ! Existe-t-il une plus grande icône aux yeux des cyclistes du monde entier ? Incontestablement classé en tête de liste des « Géants », le Tourmalet est un véritable mythe dans l’Histoire du cyclisme, bien au-delà de son classement Hors Catégorie ! Apparu pour la première fois en 1910, c’est de loin le col le plus souvent gravi par le Tour de France, avec pas moins de 86 ascensions jusqu’à nos jours. Le Tourmalet verra en 2019 une arrivée d’étape qui mènera les coureurs de Tarbes jusqu’au sommet à 2115 m, en passant par le Soulor. Col routier le plus haut des Pyrénées françaises, son ascension est un pèlerinage en altitude, chargé de légendes et tellement symbolique !

    Grimper le Tourmalet par son versant ouest, notre choix est partial. Les deux versants de son ascension sont tout aussi difficiles mais la montée depuis Luz Saint Sauveur est, à nos yeux, plus spectaculaire. Notre échauffement depuis Lourdes remonte la vallée des Gaves jusqu’à l’entrée des gorges de Luz. Entre Soulom et Luz, la route parcourt un étroit et austère boyau au débouché duquel s’ouvre le Pays Toy, le territoire des « Petits », sobriquet donné autrefois par les gens de la plaine aux habitants de Luz, Barèges et Gavarnie pour leur petite taille…

    C’est à Luz, à 711m, que l’ascension démarre véritablement. 19 kilomètres pour atteindre le sommet à 2115 m, 1400 m de positif avec une pente moyenne qui affiche 7,4% et des sections à deux chiffres, jusqu’à 13, c’est le challenge ! Mais au-delà de la difficulté propre à sa longueur, à sa pente et à son arrivée en altitude, grimper le Tourmalet a une saveur bien particulière pour les cyclistes du monde entier. Pédaler sur les flancs de ce Monstre Sacré c’est aussi rentrer dans l’Histoire du vélo et se confondre aux mythes et légendes des premiers héros conquérants jusqu’aux champions d’aujourd’hui.

    Très vite après la sortie de Luz, la pente s’accentue pour atteindre les 8% de moyenne. Il faudra s’y habituer, bien rares seront les instants de répit. A la sortie de la raide traversée du village de Barèges, 1250 m, nous attend le premier passage clé : une longue rampe où l’on passe à 2 chiffres avant de souffler un peu jusqu’à Tournaboup. C’est ici que l’on peut  choisir de suivre la vieille route du Tourmalet, variante d’ascension « Laurent Fignon » aujourd’hui réservée aux cyclistes et qui  offre des vues spectaculaires sur la vallée. A la jonction des deux routes, il reste 4 kilomètres. Dans un  final extraordinaire la route s’élève jusqu’au ciel, où trône l’observatoire du Pic du Midi à 2877 m d’altitude. Le dernier kilomètre, encore 13% à cette altitude coûtera cher, mais au sommet,  la statue géante d’Octave Lapize, 1er conquérant du Géant en 1910, viendra saluer vos efforts. Bravo !

  • Jour 6 : Saint Bertrand de Comminges, Bagnères de Luchon, col de Peyresourde, Arreau-Hèches : 80 km | + 1100 m - +

    crédit Photo : www.cyclingcols.com

    Acte 3 de la Trilogie Pyrénéenne, le col de Peyresourde est un Géant qu’on ne présente plus, apparu dans l’histoire du Tour en 1910, dans l’incroyable étape « assassine » de Luchon à Bayonne. Avec  67 ascensions, il est l’un des cols le plus souvent escaladé par le Tour de France après le Tourmalet et l’Aubisque. Il a toutes les caractéristiques d’un col HC, mais l’organisation du Tour le laisse curieusement, dans lacat.1.

    Depuis Bagnères de Luchon, 625 m, le programme annoncé est presque banal : 945 m de dénivelé pour 14,5 kms à 6,5 % de moyenne, rien d’effrayant à priori…  Mais ne vous fiez pas aux chiffres ! Le Peyresourde consume vos forces perfidement. Kilomètre après kilomètre,  sans en avoir l’air, il vous fait monter, à chaque coup de pédale, plus près de la zone rouge. Sa pente constamment entre 8 et 9% et quelques sections à plus de 10 en font une ascension réellement difficile où l’endurance est la clé du succès.

    Nous partons de Saint Bertrand de Comminges, célèbre cité antique et médiévale, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. L’imposante cathédrale reflète la richesse d’un patrimoine archéologique et architectural exceptionnel, de 2000 ans d’histoire ! Pour s’échauffer nous suivons  la vallée de la Garonne jusqu’à Chaum où nous bifurquons pour atteindre Bagnères de Luchon, station thermale au charme désuet  de la Belle Epoque. Bagnères est le point de départ de 2 autres grandes ascensions du Tour de France, le Port de Balès et la montée de Super Bagnères, 2 autres joyaux  à gravir absolument une prochaine fois.

    L’ascension du Peyresourde débute brutalement dès la sortie de la ville par une rampe à 8% qui pique les jambes. Suivent 2 kilomètres plus faciles et à nouveau la pente s’accentue à 2 chiffres avant la magnifique chapelle de St Aventin, juste avant le carrefour avec la route qui conduit au Port de Balès. Après Garin, il faut avaler un nouveau passage à 12% puis c’est le final soutenu des 4 derniers kilomètres et les célèbres lacets où la vue s’ouvre, immense, sur tous les sommets de plus de 3000m du Luchonnais. La borne du col à 1569 m marque la frontière entre les départements de la Haute Garonne et les Hautes Pyrénées où nous allons descendre sur Arreau. Mais pas avant d’avoir repris nos forces à la fameuse crêperie !

     

     

  • Jour 7 : Programme surprise, circuit « route des vins » coteaux de Jurançon : kms et dénivelé : à la carte ! - +

    Après cette belle collecte des Géants légendaires, sur la haute route de la traversée des Pyrénées, notre semaine se termine par une étape de détente. Les coteaux de Jurançon et leurs routes sinueuses seront le théâtre de notre dernière journée « surprise » sur le vélo. La vue depuis cette ligne de crête du Piémont Pyrénéen embrasse toute la chaine de montagne, depuis le Pic du Midi de Bigorre jusqu’au Pays Basque. Somptueux ! Mais attention, il faudra encore grimper, les montagnes russes des coteaux sont si rudes, il n’est pas rare d’y trouver des côtes à 20% !, que le Tour de France 2019, y fera une étape contre la montre, c’est tout dire…

    Notre circuit passera à travers le célèbre vignoble de Jurançon et une dégustation  de ce nectar chez un producteur de renom sera le moment de fêter cette fantastique aventure dans les Pyrénées.

  • Jour 8 : Fin du séjour - +

    Après un pantagruélique petit déjeuner, le moment est venu, à regret, de se préparer au voyage de retour. Le sac est plus lourd, rempli de la collection de toutes ces ascensions de rêves !

    Transfert vers les aéroports ou la gare  de Pau – Lourdes/Tarbes – Biarritz ou Toulouse

Nos Prochaines Dates
Sélectionnez votre séjour

  • 2020

    Du Sam. 12/09 au Sam. 19/09

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2020

    Du Sam. 10/10 au Sam. 17/10

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 22/05 au Sam. 29/05

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 19/06 au Sam. 26/06

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 11/09 au Sam. 18/09

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 09/10 au Sam. 16/10

    Disponible

    RÉSERVER

NIVEAU DE PRATIQUE REQUIS :
NIVEAU 2

  • Niveau 1
  • Vous pratiquez le vélo de route en moyenne une fois par semaine, pendant une partie de l'année. De 40 à 70 km par sortie avec des dénivelés positifs maximum de 800 m.
  • De 40 à 70 km par sortie avec des dénivelés positifs maximum de 800 m.
  • Niveau 2
  • Vous avez une bonne condition physique et vous pratiquez régulièrement le vélo de route. De 60 à 100 km avec des dénivelés positifs maximum de 1500 m.
  • De 60 à 100 km avec des dénivelés positifs maximum de 1500 m.
  • Niveau 3
  • Le vélo de route c'est votre passion! Vous avez une très bonne condition physique et vous pratiquez au moins 1 fois par semaine sur de longues distances. Plus de 100 km par sortie où le dénivelé ne vous fera pas peur ! Plus de 1500 m de dénivelé positif cumulé par sortie.
  • Plus de 100 km par sortie où le dénivelé ne vous fera pas peur ! Plus de 1500 m de dénivelé positif cumulé par sortie.

Les Options
Ce que comprend le séjour

  • Ce que comprend le séjour - +

    • Logement en gîte d’étape de haute qualité ou en hôtel minimum 3 étoiles, en chambres de 2 à 4 personnes (local sécurisé pour les vélos, atelier de réparation, lavage vélo). Vous pouvez être amenés à partager la chambre avec une personne de sexe différent.
    • 7 repas du soir dont une partie préparée maison par Sara avec en priorité des produits locaux et biologiques et une partie en restaurants typiques de la région (menus adaptés aux sportifs).
    • Petit déjeuner, ravitaillements pour la journée, goûter au retour de la sortie (préparés maison, produits énergétiques et boissons pour sportifs pour les ravitaillements).
    • Transport entre les aéroports et gares de Pau, Tarbes et Lourdes et le lieu du séjour.
    • Transport vers les lieux de départ des sorties journalières.
    • Véhicule d’assistance logistique tout au long de la sortie journalière (support technique et ravitaillement).
    • Cartes du parcours, traces GPS pour chaque journée.
    • Assistance technique par un professionnel du vélo en cas de besoin.
    • Mise à disposition d’un ordinateur avec connexion internet.
    • 1 maillot Col Cycling Addiction offert et matériel publicitaire de l’Agence.
    • 1 entrée dans un établissement thermal pour la journée de repos.
    • Taxes de séjour.
    • Photos du séjour.
  • Ce que ne comprend pas le séjour - +

    • Les boissons aux repas
    • Les dépenses personnelles
    • Les transports aériens
  • Options en supplément - +

    • Transports depuis les aéroports de Toulouse, Biarritz et Bordeaux, nous consulter.
    • Service de location de vélos hauts de gamme, nous consulter pour modèles et prix.
    • Assurance annulation.
    • Assurances multirisques (rapatriement, hospitalisation, frais de secours, …).
    • Chambre individuelle nous consulter.
    • Nuit supplémentaire nous consulter.
    • Accompagnement par un moniteur de vélo.
  • Réduction de groupe - +

    • Réduction de 5% pour des groupes constitués à partir de 5 participants.
    • Possibilité de privatiser le séjour à partir d’un groupe de 6 personnes.
    • Réduction de 5% pour une personne accompagnante non cycliste.