Les Cols de Légende
12 cols, 570km, +12 600m : voilà le défi est lancé !

le col des légendes

Secteur : Les Pyrénées
map

Difficulté : Niveau 3
niveau 3

Si votre rêve est de gravir, à votre tour, les plus grands cols mythiques des Pyrénées qui ont nourri l’Histoire du Tour de France, alors cette semaine de montagne est pour vous !

7 jours | 12 cols | 570km | +12.600m

1680€

RÉSERVER

Si votre rêve est de gravir, à votre tour, les plus grands cols mythiques des Pyrénées qui ont nourri l’Histoire du Tour de France, alors cette semaine de montagne est pour vous !

Notre programme est simple : vous donner la possibilité d’ajouter votre nom à la légende du Tourmalet, de l’Aubisque, de l’Aspin, du Peyresourde, du Hautacam, de la Pierre Saint Martin. Chaque jour nos conseils, notre appui et notre logistique seront vos atouts dans votre conquête du sommet.

Enchainez les ascensions de ces cols, cette fois, c’est vous qui vivez la Légende ! Laissez s’exprimer votre passion de grimpeur, donnez le meilleur de vous-même ! Vous pourrez, l’esprit libre, profiter de la spectaculaire beauté de la haute montagne Pyrénéenne, ressentir l’intense exaltation d’une arrivée au sommet sur l’un de ces géants à plus de 2000 mètres et vous laisser émerveiller par d’autres joyaux moins connus que les Pyrénées recèlent…

Cette semaine s’adresse à des cyclistes déjà expérimentés en haute montagne. Il faudra être en selle jusqu’à 5 heures par jour, pour des étapes de 100 à 120-130 kms avec des dénivelés positifs de 2000 à 3000 mètres, mais nous avons pensé nos étapes pour vous permettre aussi de récupérer après les gros efforts. Deux journées moins exigeantes permettront de se reposer afin de profiter pleinement de votre séjour et des Pyrénées !

Le Programme
Descriptif étape par étape

  • Jour 1 : Arrivée à Pau (transfert compris depuis les aéroports ou les gares de Pau ou de Tarbes/Lourdes) - +

    Pour le transfert depuis les aéroports de Biarritz et Toulouse nous consulter (pour ces aéroports le transfert se fait dans une plage horaire comprise entre 11h00 et 15h00).

    Installation au gite pour le séjour.

    Préparation des vélos et petite sortie dans la vallée d’Ossau pour se dérouiller les jambes.

  • Jour 2 : Louvie Juzon, Nay, Ferrières, Col du Soulor, Cirque du Litor, Col de l’Aubisque, Laruns : 90 kms | + 2300m - +

    sejour3-1Nous avons choisi de monter le Soulor par son versant Nord méconnu, par la très sauvage vallée de Ferrières. Depuis la vallée d’Ossau, notre échauffement par la route du piémont nous amène à notre point de départ, la petite ville de Nay à 280 m d’altitude. Un départ en faux plat d’une vingtaine de kilomètres permet de bien s’échauffer jusqu’au hameau de Ferrières où commence vraiment l’ascension à 575m. La route est étroite et l’ambiance déjà impressionnante. Un premier passage raide à la sortie de Ferrières donne le ton, 9%, puis une deuxième rampe nous attend juste après le passage d’Arbéost, la route s’élève maintenant dans une superbe hêtraie. A la sortie du bois, vers 950 m, la pente reste soutenue mais la vue sur le spectaculaire cirque du Litor récompense largement l’effort. L’arrivée au sommet du Soulor permet de souffler un peu et d’admirer la pyramide caractéristique du sommet du Gabizos. La traversée du Litor vers l’Aubisque est unique, la route en corniche surplombe un vide impressionnant, à couper le souffle.

    sejour3-2Pendant le Tour 1951, le Hollandais Wim Van Est, porteur du maillot jaune, fait une chute tragique dans le ravin. Il est miraculeusement arrêté 70 mètres plus bas par une minuscule vire de rocher qui lui sauve la vie. Aucune corde n’est assez longue pour l’atteindre, il faudra nouer 40 boyaux ensemble pour le rejoindre et le remonter vivant… Le plus incroyable est que Van Est voulait poursuivre la course pour ne pas perdre son maillot, une des plus folles légendes du Tour !

    sejour3-3Un dernier effort nous porte au sommet de l’Aubisque à 1710m. Col de légende « Hors Catégorie », 73 fois gravi par le Tour de France, pour la première fois franchi en 1910, dans une improbable chevauchée de Luchon à Bayonne ! Octave Lapize, premier vainqueur du Tourmalet, lança aux organisateurs de cette folle épopée, «vous êtes des assassins !

    Une photo devant les statues des 3 vélos géants sur fond du Pic du Ger s’impose avant de se lancer dans la première longue descente de notre semaine vers Laruns. Peut-on rêver plus grandiose journée pour débuter cette semaine ?

     

    graphique

    dénivelé

  • Jour 3 : Aramits, Arette, Col de la Pierre Saint Martin, Isaba, Port de Larrau, Tardets, Aramits : 125 km | +2600m - +

    sejour3-6Après le « classico » Soulor Aubisque, aujourd’hui nous attend un des joyaux méconnus des Pyrénées. Moins célèbre que sont les mythiques Tourmalet et Aubisque, sans doute parce que le Tour de France l’a moins popularisé (seulement 2 passages en 2007 et en 2015), le col de la Pierre Saint Martin est pourtant considéré par beaucoup comme le col le plus dur des Pyrénées ! Point de passage à 1765 m d’altitude entre la France et l’Espagne, son ascension, difficile de tous les côtés, soutien la comparaison avec les plus grands cols des Alpes. Longueur (25.8 kilomètres depuis Arette), dénivelé +1440 m, mur à 15%, section médiane longue et soutenue souvent à « 2 chiffres », irrégularité de la pente, exposition au vent du sud, tous les ingrédients sont réunis pour en faire un col « HC » et, son ascension, un vrai challenge !

    Une approche en douceur depuis Aramits permet de bien tourner les jambes avant d’affronter « la bête ». Au village d’Arette, nous saluerons au passage notre partenaire, « Les Cycles Tillous », magasin spécialisé dont la réputation déborde largement le Sud Ouest !

    sejour3-7Peu après le panneau « La Mouline » à 17.5 kilomètres du sommet, le mur à 15% marque le vrai début de l’épreuve. Puis c’est la longue section intermédiaire dans la magnifique forêt de hêtres, soutenue entre 9 et 11%. C’est ici que Froome assomma tous ses rivaux dans une attaque stupéfiante et gagna son deuxième Tour de France en 2015. Un peu de descente et de répit sont les bienvenus à la jonction du col de Labays. On entre dans le paysage karstique des Arres d’Anie, dominé par l’élégante silhouette du Pic d’Anie à 2504 m. Les derniers 3 kilomètres (encore un à 8,5%) après la station de ski sont rudes, surtout si souffle le vent du sud ! Au col, la vue s’ouvre jusqu’à l’océan atlantique, époustouflante. Le relief karstique, un des plus beaux d’Europe, cache parmi les plus profonds gouffres au monde. On domine les montagnes du Pays Basque et le Port de Larrau par lequel notre parcours nous fera rentrer.

    sejour3-8Une grande descente facile nous conduit en Espagne, dans la vallée de Roncal jusqu’ à Isaba 810 m. Ici on parle le Basque ! La remontée au Port de Larrau, cat. 3, n’est pas à sous estimer. Il faudra d’abord franchir les 12 kilomètres du Port de Lazar 1129m, 8% sur la fin, avant de relaxer les jambes dans une courte descente jusqu’au torrent du ravin de l’Enfer, tout un programme ! Si les jambes sont lourdes, alors l’Enfer pourrait bien être la dernière montée au Port de Larrau , 1573 m. Encore 670 mètres de dénivelé sur près de 11 kilomètres, dont 2 autour de 8%, avant de pouvoir admirer le Pic d’Orhy et le Pic d’Anie, les deux sommets emblématiques du Pays Basque, véritable trésor pour les passionnés de cols et des itinéraires sauvages, loin des foules. 23 kilomètres d’une descente rapide par Larrau nous porte à Licq-Athérey où débute la montée de la Pierre St Martin par St Engrâce, encore un joyau à s’offrir… si les jambes peuvent encore ! Les 17 kilomètres de faux plat jusqu’à Aramits seront sans doute suffisants pour achever cette exceptionnelle boucle entre la France et l’Espagne, incontestablement un des points forts de la semaine.

     

    graphiquegraphique

    dénivelé

  • Jour 4 : Laruns, Col de Marie Blanque, bois du Baget, Escot, Laruns : 65km | +1000m - +

    sejour3-12La grosse journée d’hier a peut-être laissé des traces. Il est temps après cette entrée en matière musclée de prendre un peu de repos, il faut garder des forces pour la suite du programme !

    Aujourd’hui nous attend le col de Marie Blanque, magnifique belvédère sur toute la vallée d’Ossau et bien propice à une journée de récupération active.

    Mais si vous le préférez vous pourrez profiter d’un peu de repos au gite. L’après midi sera dédiée à une séance bien être à la station thermale des Eaux Bonnes.

    Gravi déjà à 13 reprises par le Tour de France depuis son introduction en 1978, le Marie Blanque, 1035 m d’altitude, constitue souvent un point de passage avant d’enchainer sur l’Aubisque ou même vers le sommet du Tourmalet, comme lors du Tour 2010.

    sejour3-13Selon l’envie et les jambes, nous pourrons grimper le col soit par la vallée d’Ossau, soit par la vallée d’Aspe…

    Depuis Bielle, 440 m, c’est une ascension en deux temps, relativement facile, de 2ème catégorie, 5.1% de moyenne. Une première montée de 5.5 kms jusqu’au col du Porteigt avec un départ soutenu à 9/9.5%, nous porte sur le plateau du Bénou, à 900 m d’altitude. Extraordinaire replat façonné par les anciens glaciers d’Ossau de l’ère quaternaire. La récupération sur le Plateau sera bienvenue avant la deuxième partie de l’ascension, encore 6 kms, ou un court passage « à 2 chiffres » sera un bon test pour savoir où en sont les jambes. Le retour par le bois du Baget est un parcours vallonné idéal pour rentrer tranquillement à notre base, avant d’aller se relaxer aux Thermes des Eaux Bonnes.

    sejour3-12Le circuit, effectué dans l’autre sens, n’est pas la même histoire ! Par Escot, la montée du Marie Blanque devient un col redoutable de 1ère catégorie, seulement 9.7 kms et 7.7% de moyenne pour un dénivelé de 715 m, mais un final terrible sur les 4 derniers kilomètres : 11% de moyenne et des sections dépassant les 15, même 18%, pas un moment de répit avant la descente sur Bielle ! Pas étonnant avec un pourcentage pareil de comprendre pourquoi Bernard Thévenet, double vainqueur du Tour de France en 1975 et 1977, mit le pied à terre devant un tel mur lors de l’étape du Tour 1978 de Biarritz à Pau ! Avant le « Géant » qui nous attend demain, il est sans doute plus sage de garder ce versant pour une autre fois et de profiter des Thermes !

     

    graphique

    dénivelé

  • Jour 5 : Hèches, Arreau, Col d’Aspin, Sainte Marie de Campan, Col du Tourmalet, Luz, Lourdes : 100 km | +2135 m - +

    sejour3-17Tourmalet ! Existe-t-il une plus grande icône aux yeux des cyclistes du monde entier ?

    Incontestablement classé en tête de liste des « Géants », le Tourmalet est un véritable mythe dans l’Histoire du cyclisme, bien au-delà de son classement Hors Catégorie ! Apparu pour la première fois en 1910, c’est de loin le col le plus souvent gravi par le Tour de France, avec pas moins de 86 ascensions jusqu’à nos jours. Le Tourmalet verra en 2019 une arrivée d’étape qui mènera les coureurs de Tarbes jusqu’au sommet à 2115 m, en passant par le Soulor. Col routier le plus haut des Pyrénées françaises, son ascension est un pèlerinage en altitude, chargé de légendes et tellement symbolique !

    Un transfert depuis notre base nous dépose à l’entrée de la vallée d’Aure. En effet, nous avons choisi de commencer par le col d’Aspin, cat 1, 12 kilomètres, 6.5% de moyenne, afin de faire de cette journée une grande traversée des Hautes Pyrénées. Au départ d’Arreau à 700 m, la route s’élève doucement pendant les 5 premiers kilomètres avant de monter plus franchement (1 kilomètre à 9%) à l’approche du col. Nous sommes à 1490 m d’altitude, la vue s’ouvre sur les hauts sommets avec en ligne de mire, le Pic du Midi de Bigorre et sur son flanc sud, l’abaissement caractéristique que nous devons franchir : le Tourmalet ! sejour3-18La descente du versant ouest de l’Aspin nous amène à Sainte Marie de Campan, petit village à la croisée des 2 cols. C’est ici qu’Eugène Christophe, lors de l’édition 1913 du Tour de France répara sa fourche cassée à la forge du village. Non seulement il perdit tout espoir de gagner l’épreuve mais, de surcroit, écopa de 3 minutes de pénalité pour avoir bénéficié d’aide pendant sa réparation, interdit par le règlement de l’époque!

    sejour3-1917 kilomètres, un pourcentage moyen de 7.4, une arrivée en altitude à 2115 pour un gain de 1270 m de dénivelé, le moment de vérité est arrivé. Les premiers 4 kilomètres sont roulants, jusqu’à Grip. Les choses sérieuses commencent ici : devant nous s’élèvent les 12 kilomètres les plus soutenus en France sur une telle distance. Jamais on ne passe sous les 8% avec des sections jusqu’à 13%. Trouver la bonne cadence est la clé de l’ascension, un dernier virage un peu caché à gauche et c’est l’apparition magique du sommet, véritable porte ouverte sur la vallée de Luz et Gavarnie, le Pays Toy. La statue géante du Tourmalet surplombe le vide, hommage des Hautes Pyrénées à tous les cyclistes conquérants depuis 1910. L’admirable vue sur le Pic d’Ardiden et les hauts sommets de l’ouest des Pyrénées nous invite à la pause, avant de plonger dans la descente sur Luz d’où part une autre ascension mythique du Tour de France : la redoutable montée à la station de Luz Ardiden, soutenant la comparaison avec l’Alpe d’Huez ! La route se faufile maintenant à travers les gorges de Luz qui interdisaient l’accès au Pays Toy depuis la plaine avant l’arrivée de la première route en 1746. Notre retour se fait tranquillement le long du gave de Pau jusqu’à Lourdes.

     

    graphiquegraphique

    dénivelé

  • Jour 6 : La Barthe de Neste , St. Bertrand de Comminges, Port de Balès, Bagnères de Luchon, Col de Peyresourde, Col d’Azet, Saint Lary, Arreau : 115km | +2660 m - +

    sejour3-23Notre conquête des cols de légendes des Pyrénées se poursuit avec une autre splendide étape, pas moins de trois cols au menu du jour ! Nous partons de La Barthe de Neste, bourgade qui marque l’entrée de la vallée d’Aure par laquelle nous reviendrons. Une vingtaine de kilomètres d’échauffement nos conduit à Saint Bertrand de Comminges, célèbre cité antique et médiévale, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. L’imposante cathédrale reflète la richesse d’un patrimoine archéologique et architectural exceptionnel, de 2000 ans d’histoire ! A Mauléon Barousse, débute la première difficulté du jour avec le Port de Balès. Culminant à 1755 m, ce col Hors Catégorie fait communiquer la vallée de la Barousse à la vallée d’Oueil au dessus de Bagnères de Luchon, frontière entre les Hautes Pyrénées et la Haute Garonne.

    sejour3-24Parcouru 5 fois par le Tour de France, ses 19 kilomètres à 6.2% de moyenne pour 1180 m de dénivelé sont caractérisés par une première partie presque débonnaire jusqu’aux Granges de Crouhens (869 m). Mais attention, la suite est sévère, les 12 derniers kms sont souvent à 2 chiffres avec un max à 13.5% à 3 kms du sommet. C’est là qu’Andy Schleck dans le Tour 2010 a déraillé et sans doute perdu toute chance de finir maillot jaune à Paris. Il finit 2ème à une poignée de secondes de Contador, mais fut postérieurement déclaré vainqueur après le déclassement de ce dernier pour dopage.

    La descente face aux hauts sommets de 3000 m du Luchonnais est rapide, sur un excellent revêtement jusqu’à 829 m où l’on rattrape, à St Aventin, la route D 618 venant de Bagnères de Luchon. Ici commence la montée de notre dernier col de la Trilogie Pyrénéenne : après l’Aubisque et le Tourmalet, c’est le Peyresourde qu’il nous faut maintenant escalader.

    sejour3-25Un géant qu’on ne présente plus, apparu dans l’histoire du Tour en 1910, dans l’incroyable étape « assassine » de Luchon à Bayonne. Avec 67 ascensions, il est l’un des cols le plus souvent escaladé par le Tour de France après le Tourmalet et l’Aubisque. Il a toutes les caractéristiques d’un col HC, mais l’organisation du Tour le laisse curieusement, dans la cat.1. Ne nous y trompons pas, sa pente constante entre 8 et 9% et quelques sections à plus de 10 en font une ascension difficile où l’endurance est la clé du succès. Au sommet du col, à 1569 m, vers l’Ouest, on remarque une route en lacets serrés qui monte à l’assaut d’une nouvelle ligne de crêtes qu’il faudra gravir avant de rejoindre la vallée d’Aure. C’est le col d’Azet, notre dernière épreuve de la journée.

    L’immense Marco Pantani sera le premier vainqueur en 1997 de ce col franchi désormais 8 fois par le Tour. La descente sur la vallée du Louron nous permettra de récupérer jusqu’à Genos avant d’affronter les 7.4 kms de la raide montée au col d’Azet. Avec ses 8.3% de moyenne et un passage à 12%, il faudra en avoir encore pour ne pas trop souffrir dans les 650 mètres de cette ultime ascension de la journée. Avant de se laisser filer dans la descente technique sur Azet, St Lary et la vallée d’Aure, la vue ouverte de tous côtés nous permet de mesurer le chemin parcouru et celui qui reste à faire si l’on veut finir au col de Portet, comme la 17ème étape du Tour 2018.

    C’est le sourire aux lèvres que l’on roulera en souplesse jusqu’à notre point de départ, les « Grands » sont conquis !

     

    graphiquegraphiquegraphique

    dénivelé

  • Jour 7 : Lourdes, Argèles-Gazost, Hautacam, Juncalas, col de Lingous, Lourdes : 73 km | + 1430 m - +

    sejour3-30La semaine n’est pas terminée… Notre moisson des cols mythiques ne serait pas complète sans affronter la montée du Hautacam. Nous avons gardé le meilleur pour la fin, peu de kilomètres pour ce dernier jour, mais quelle apothéose ! Mis à l’honneur par le Tour de France 5 fois depuis 1994, cette arrivée d’étape en haut du Hautacam a rendu célébrissime cette montée autrefois parcourue seulement par les locaux, en guise d’entrainement pour les « géants ».

    Le Hautacam est une de ces montées qui vous cassent par leurs faux rythmes, où la cadence est si difficile à trouver. L’irrégularité de la pente en est la caractéristique. Les quelques portions de descente ne sont pas là pour reprendre souffle mais juste pour signifier cruellement que la suite sera plus rude encore; 100 mètres de descente à 8% immédiatement suivis par une section à 15%, n’est ce pas un piège plutôt qu’une chance de récupérer ?

    sejour3-31De Lourdes à Argelès Gazost la route offre un échauffement parfait avant le pont sur le gave de Pau qui marque le début de la montée. Nous sommes à 420 m et il faudra grimper un peu plus de 1100 m de dénivelé sur les 16 kilomètres du parcours pour arriver au col de Tramassel à 1620 m, terminus de la route. La fête commence aussitôt le pont franchi.

    Entre Arbouix et Artalens, la route n’offre aucun répit, la pente ondulant constamment à 2 chiffres, jusqu’à des portions à 13%. La section la plus dure est située à 3 kilomètres de l’arrivée à la station, une longue rampe à 12% avec des murs jusqu’à 16 %, sans protection, exposée aux éléments. La chaleur, le froid ou le vent peuvent faire de ce passage un enfer qui marquera votre vie de grimpeur. Après l’esplanade du parking de la station du Hautacam, utilisée pour les arrivées du Tour, il reste encore 1.3 km et 100 m de dénivelé pour finir l’ascension. La vue à 360° sur la haute montagne Pyrénéenne et son Piémont est grandiose, récompense ultime des efforts fournis pendant cette exceptionnelle semaine de cyclisme en altitude qui certainement restera gravée en mémoire !

     

    graphique

    dénivelé

  • Jour 8 : Fin de séjour - +

    Après un pantagruélique petit déjeuner, le moment est venu, à regret, de se préparer au voyage de retour. Le sac est plus lourd, rempli de la collection de toutes ces ascensions de rêves !

    Transfert vers les aéroports de Pau – Lourdes/Tarbes – Biarritz ou Toulouse

Nos Prochaines Dates
Sélectionnez votre séjour

  • 2020

    Du Sam. 22/08 au Sam. 29/08

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2020

    Du Sam. 26/09 au Sam. 03/10

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 05/06 au Sam. 12/06

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 21/08 au Sam. 28/08

    Disponible

    RÉSERVER

  • 2021

    Du Sam. 25/09 au Sam. 02/10

    Disponible

    RÉSERVER

NIVEAU DE PRATIQUE REQUIS :
NIVEAU 3

  • Niveau 1
  • Vous pratiquez le vélo de route en moyenne une fois par semaine, pendant une partie de l'année. De 40 à 70 km par sortie avec des dénivelés positifs maximum de 800 m.
  • De 40 à 70 km par sortie avec des dénivelés positifs maximum de 800 m.
  • Niveau 2
  • Vous avez une bonne condition physique et vous pratiquez régulièrement le vélo de route. De 60 à 100 km avec des dénivelés positifs maximum de 1500 m.
  • De 60 à 100 km avec des dénivelés positifs maximum de 1500 m.
  • Niveau 3
  • Le vélo de route c'est votre passion! Vous avez une très bonne condition physique et vous pratiquez au moins 1 fois par semaine sur de longues distances. Plus de 100 km par sortie où le dénivelé ne vous fera pas peur ! Plus de 1500 m de dénivelé positif cumulé par sortie.
  • Plus de 100 km par sortie où le dénivelé ne vous fera pas peur ! Plus de 1500 m de dénivelé positif cumulé par sortie.

Les Options
Ce que comprend le séjour

  • Ce que comprend le séjour - +

    • Logement en gîte d’étape de haute qualité ou en hôtel minimum 3 étoiles, en chambres de 2 à 4 personnes (local sécurisé pour les vélos, atelier de réparation, lavage vélo). Vous pouvez être amenés à partager la chambre avec une personne de sexe différent.
    • 7 repas du soir dont une partie préparée maison par Sara avec en priorité des produits locaux et biologiques et une partie en restaurants typiques de la région (menus adaptés aux sportifs).
    • Petit déjeuner, ravitaillements pour la journée, goûter au retour de la sortie (préparés maison, produits énergétiques et boissons pour sportifs pour les ravitaillements).
    • Transport entre les aéroports et gares de Pau, Tarbes et Lourdes et le lieu du séjour.
    • Transport vers les lieux de départ des sorties journalières.
    • Véhicule d’assistance logistique tout au long de la sortie journalière (support technique et ravitaillement).
    • Cartes du parcours, traces GPS pour chaque journée.
    • Assistance technique par un professionnel du vélo en cas de besoin.
    • Mise à disposition d’un ordinateur avec connexion internet.
    • 1 maillot Col Cycling Addiction offert et matériel publicitaire de l’Agence.
    • 1 entrée dans un établissement thermal pour la journée de repos.
    • Taxes de séjour.
    • Photos du séjour.
  • Ce que ne comprend pas le séjour - +

    • Les boissons aux repas
    • Les dépenses personnelles
    • Les transports aériens
  • Options en supplément - +

    • Transports depuis les aéroports de Toulouse, Biarritz et Bordeaux, nous consulter.
    • Service de location de vélos hauts de gamme, nous consulter pour modèles et prix.
    • Assurance annulation.
    • Assurances multirisques (rapatriement, hospitalisation, frais de secours, …).
    • Chambre individuelle nous consulter.
    • Nuit supplémentaire nous consulter.
    • Accompagnement par un moniteur de vélo.
  • Réduction de groupe - +

    • Réduction de 5% pour des groupes constitués à partir de 5 participants.
    • Possibilité de privatiser le séjour à partir d’un groupe de 6 personnes.
    • Réduction de 5% pour une personne accompagnante non cycliste.